Affiche du film The revenant

The revenant

de Alejandro González Iñárritu
VOSTFR
Bande annonce
Film américain sorti le 24 février 2016
Avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson, Will Poulter
Genre : Aventure, Western
Durée : 2 h 36

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.


Critique

« Tant que tu peux t’accrocher à une respiration, bats-toi, respire… continue à respirer. » C’est sur cette leçon de survie que commence l’odyssée de Hugh Glass selon Iñárritu. Ne vous laissez pas submerger, perturber, par le bruit médiatique qui va entourer la sortie de ce grand favori pour les Oscar (douze nominations), après avoir triomphé aux Golden Globes. Retenez votre respiration, elle vous sera précieuse durant cette expérience immersive dans les étendues glacées et les montagnes enneigées du Dakota du Sud. Rien ne peut vous préparer à sa beauté, à la magnifique photographie d’Emmanuel Lubezki, déjà à l’œuvre pour Birdman, et aussi chez Terrence Malick (Tree of life, Le Nouveau monde) et Alfonso Cuarón (Les fils de l’homme, Gravity). Rien ne peut vous préparer à la fulgurance de sa sauvagerie, à l’animalité viscérale de sa violence. Rien ne peut vous préparer à l’éclat bouleversant, au cœur des ténèbres, de la lueur d’humanité qui subsiste, malgré tout ce qu’il endure, dans le regard de Leonardo DiCaprio.

Depuis qu’il s’est mis à l’écriture du scénario de ses films à partir de Biutiful, Alejandro González Iñárritu a déployé ses ailes et confirme le tournant esthétique de Birdman. Dans The revenant, l’usage des plans séquences et de la courte focale est en parfaite cohérence avec l’histoire, on n’est plus dans l’exercice formaliste génial, son cinéma est devenu organique, respirant avec son histoire, ses personnages. C’est le résultat d’un tournage dans des conditions particulièrement difficiles (il rejoint les légendaires tournages d’Apocalypse Now et Sorcerer), en décors naturels, et dans l’ordre chronologique du film : « tout le monde était gelé, le matériel se brisait. Amener la caméra d’un point à un autre était un cauchemar. Les acteurs n’étaient pas en studio à rigoler devant des fonds verts. »

Hugh Glass était un « mountain man », un de ces trappeurs, explorateurs américains qui parcouraient les montagnes de l’Amérique du Nord au xixe siècle, motivés par le profit, chassant les castors et vendant leurs peaux. Jeremiah Johnson, de Sydney Pollack, qui racontait l’histoire d’un de ces trappeurs, Johnson le mangeur-de-foie, fait aujourd’hui figure de conte pour enfant aux côtés de The Revenant. Le film mêle deux épisodes qui ont fait la célébrité de Hugh Glass, durant l’expédition du général William Ashley remontant le Missouri. Le premier épisode est celui de la rencontre avec les indiens Arikaras, qui les pourchassèrent et auxquels il parvint à échapper, aidé ensuite par des Sioux pour rejoindre le fort. En 1823, lors d’une reconnaissance, Glass surprit une femelle grizzly, accompagnée de ses deux oursons, qui le chargea. Il réussit à tuer l’ours, mais très gravement blessé, fut laissé pour mort par les deux compagnons qui devaient rester à ses côtés. Sans armes, il parvint en six semaines à gagner Fort Kiowa, distant de plus de trois cents kilomètres. Glass se remettra ensuite en route pour traquer Bridger et Fitzgerald, et en tirer vengeance.

Resserrant la durée du récit originel, le film reprend en grande partie les épisodes de cette histoire pour en faire une aventure humaine dont la profondeur et la force en font dores et déjà un classique intemporel, hors catégories : « la souffrance est temporaire, un film est éternel » (Alejandro González Iñárritu, Golden Globes 2016).