Affiche du film The assassin

The assassin

de Hou Hsiao-Hsien
VOSTFR
Bande annonce
Film taïwanais sorti le 9 mars 2016
Avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou Tsumabuki Satoshi, Ching-Tien Juan
Genre : Action, Drame
Durée : 1 h 45

Chine, IX siècle. Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil.  Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux. Véritable justicière, sa mission est d’éliminer les tyrans. A son retour, sa mère lui remet un morceau de jade, symbole du maintien de la paix entre la cour impériale et la province de Weibo, mais aussi de son mariage avorté avec son cousin Tian Ji’an. Fragilisé par les rebellions, l’Empereur  a tenté de reprendre le contrôle en s’organisant en régions militaires, mais les gouverneurs essayent désormais de les soustraire à son autorité. Devenu gouverneur de la province de Weibo, Tian Ji’an décide de le défier ouvertement. Alors que Nie Yinniang a pour mission de tuer son cousin, elle lui révèle son identité en lui abandonnant le morceau jade. Elle va devoir choisir : sacrifier l’homme qu’elle aime ou rompre pour toujours avec « l’ordre des Assassins ».


Critique

Pour quelques uns d’entre nous – et pour pas mal de critiques aussi –, The Assassin était le plus beau film du Festival de Cannes 2015, stupéfiant de splendeur, un film qui rentrera à coup sûr au panthéon du cinéma asiatique.
Dès son subjuguant prologue en noir et blanc, on est saisi par la beauté sidérante de chacun des plans, de leur minutie frisant la folie : sensation rare de se trouver littéralement happé par une œuvre, de perdre ses repères, d’être hors du temps qui défile…

The Assassin nous propose un bond en arrière jusqu’au ixe siècle, au cœur de la dynastie Tang. Une période souvent considérée comme une des plus florissantes, des plus prospères de l’histoire de la Chine, tant économiquement que culturellement. La capitale Chang’An était à l’époque la plus grande ville du monde. Bien plus et bien mieux que dans la plus soignée des productions hollywoodiennes, la reconstitution historique est d’une précision vertigineuse, fruit de cinq ans de recherches et de repérages. Nous allons suivre une jeune femme, Nie Yinniang, qui revient chez elle après plusieurs années d’exil mystérieux. On découvre peu à peu qu’elle a séjourné auprès d’une nonne non moins mystérieuse, qui lui a enseigné dans le plus grand secret les arts martiaux, et Nie Yinniang est devenue une professionnelle de l’assassinat, envoyée à Huebo, capitale provinciale, pour tuer Tian Ji’an, le gouverneur félon de la province, dans le contexte troublé de désagrégation de l’Empire, miné par les ambitions féodales. Détail qui n’en pas un : Tian Ji’an est son cousin, avec lequel elle a été élevée et qui lui fut autrefois promis comme fiancé…

Inspiré d’une nouvelle de l’époque, The Assassin signe le retour du grand Hou Hsiao-Hsien (Poussières dans le vent, La Cité des douleurs, Le Maître de marionnettes, Les Fleurs de Shanghaï…) et c’est la première incursion du maître taiwanais dans un genre culte en Chine, le wu xia pian, (film de sabre à connotation historique), qui le fascina adolescent mais auquel jamais il n’osa s’attaquer. Un genre immortalisé par les chefs d’œuvre de King Hu dans les années 70 (Raining in the moutain, Touch of zen…) puis par les délires virtuoses et virevoltants de Tsui Hark (Zu, les guerriers de la montagne magique), enfin plus récemment par le divertissant Tigre et dragon d’Ang Lee.

Mais Hou Hsiao-Hsien aborde le genre de manière totalement différente, beaucoup plus intimiste, mêlant le mélo au film de sabre. Le film est ponctué de combats magnifiquement chorégraphiés, sublimés par une harmonie de couleurs toujours idéale, mais ils s’apparentent davantage aux combats des films de chambara de Kurosawa qu’à ceux de Tsui Hark ou Ang Lee. La tension réside essentiellement dans l’atmosphère feutrée et élégante des palais où les intrigues se nouent. Hou Hsiao Hsien filme magnifiquement ses personnages noyés dans les paysages grandioses de la Mongolie intérieure ou du centre de la Chine : on les croirait sortis d’une estampe médiévale… Il magnifie aussi, toujours en clair obscur, les intérieurs couleur sang et or que n’aurait pas renié un Caravage. Des intérieurs enveloppants où se nouent les amours déçues, les vengeances longtemps enfouies, où la mort peut surgir à tout instant, dans une volute de fumée incompréhensible qui cache l’assassin.

Il faut insister une fois encore sur l’admirable précision de la mise en scène : rien n’y est inutile, les plans séquences les plus impossibles sont maîtrisés à la perfection… Avec en prime un couple d’acteurs au charisme renversant, tout particulièrement la splendide Shu Qi, égérie du cinéaste.