Affiche du film Les innocentes

Les innocentes

de Anne Fontaine
VOSTFR
Bande annonce
Film français et polonais sorti le 10 février 2016
Avec Lou De Laâge, Agata Buzek, Vincent Macaigne, Agata Kulesza, Joana Kulig
Genre : Drame, Historique
Durée : 1 h55

Pologne, décembre 1945. Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise. D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher. Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser… C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.


Critique

Ce film est un moment de grâce. Et même davantage tant l’univers dans lequel il nous plonge nous confronte à quelque chose qui relève de cette émotion secrète et profonde que tout être humain éprouve un jour ou l’autre, particulièrement lorsqu’il est confronté à des situations d’exception : ce sentiment indicible que la vie est un grand mystère, tout comme la mort, cette découverte que, parfois, la question de la transcendance s’impose intensément à nous. Il nous a rarement été donné de voir exprimée au cinéma, avec une telle subtilité et une telle force, la complexité de la nature humaine et de ses aspirations les plus intimes, révélée ici par une histoire qui, pour être douloureuse, ne parvient pas à détruire la petite lumière d’espoir et de vie qui illumine une humanité déchirée, violentée, mais portée par un amour insubmersible qui la dépasse.

C’est plus qu’un beau film, c’est une expérience à la fois humaine et quasi spirituelle qui parvient à nous faire oublier qu’on a déjà vu certains des acteurs incarner d’autres personnages dans d’autres films, tant ils semblent ici uniques, portés par la cohérence d’un groupe qui se fond dans la réalité d’un autre temps, d’un autre pays. Le film a été tourné en Pologne, la plupart du temps dans un couvent désaffecté, avec des actrices (particulièrement inspirées) et acteurs polonais et français, dans des conditions de découverte mutuelle qui renforcent encore l’impression d’authenticité. Si l’histoire de départ est bien réelle – celle de Madeleine Pauliac, jeune et jolie Française, provisoire médecin-chef de l’hôpital de Varsovie en 1945 –, elle sert ici de révélateur à des relations aussi universelles qu’intemporelles qui prennent une intensité particulière dans le huis-clos de ce couvent austère, magnifié par les images de Caroline Champetier. La part faite aux chants grégoriens, interprétés essentiellement par les comédiennes, contribue au sentiment de sérénité, de plénitude si particulières à l’ambiance monastique qui contraste ici avec la violence de la situation.

1944 : la Pologne a été dévastée par l’occupation allemande. Tandis que les autochtones tentent de survivre, la Croix Rouge française s’est installée dans ce qu’il reste d’un hôpital pour soigner et rapatrier les Français qui se trouvent encore sur le territoire polonais. L’équipe médicale n’a pas pour mission de s’occuper des Polonais, et quand une jeune religieuse vient demander du secours, on l’éconduit dans un premier temps, mais Mathilde Beaulieu, interne de vingt-cinq ans, se laisse toucher par sa détresse et accepte de la suivre jusque dans son couvent, malgré l’interdiction qui lui est faite de s’éloigner du cadre de sa mission. Là, elle découvre une communauté de Bénédictines qui continuent à vivre leur vie de moniales, rythmée par les sept offices quotidiens, mais qui cachent dans la honte et le désarroi un secret terrible. Les soldats de l’armée rouge, suivant le reflux de l’armée allemande, ont pénétré dans le couvent à plusieurs reprises, brutalisé, violé les jeunes religieuses et certaines sont sur le point d’accoucher. La mère Abbesse est d’abord réticente à l’intervention de Mathilde, tant elle redoute que l’horreur de leur situation soit connue à l’extérieur du couvent. Mais peu à peu une relation se noue entre la médecin athée, engagée corps et âme au service des autres, et la trentaine de nonnes qu’elle va tenter d’aider autant que possible, s’immergeant dans leur quotidien, à l’écoute de leurs choix sans pour autant modifier ses orientations personnelles. Mettant sa propre vie en péril, elle préservera le plus longtemps possible leur secret, ne demandant que tardivement de l’aide au médecin qui lui est le plus proche et avec qui d’ailleurs elle a une de ces relations dont on imagine qu’elles sont inévitables dans ce genre de lieu et de situation, entre fraternité et désir, complicité et réconfort nécessaire…

Les Innocentes est bien plus que le récit prenant d’un moment d’histoire peu connu, le film rayonne de cette lumière intérieure qui caractérise ceux qu’une conviction profonde élève au dessus des contingences les plus difficiles, jusqu’à atteindre une sorte d’intensité harmonique rare et positive.