Affiche du film La saison des femmes

La saison des femmes

de Leena Yadav
VOSTFR
Bande annonce
Film indien sorti le 20 avril 2016
Avec Tannishtha Chatterjee, Radhika Apte, Surveen Chawla, Lehar Khan
Genre : Drame
Durée : 1 h 56

Inde, Etat du Gujarat, de nos jours. Dans un petit village, quatre femmes osent s’opposer aux hommes et aux traditions ancestrales qui les asservissent. Portées par leur amitié et leur désir de liberté, elles affrontent leurs démons, et rêvent d’amour et d’ailleurs.


Critique

Quel film réjouissant, avec un ton qui oscille constamment entre Bollywood chatoyant et sésuisant pamphlet féminin, pour ne pas dire féministe ! Un cri de guerre joyeux au service des femmes mais aussi des hommes, tout autant prisonniers qu’elles des règles de convenance imposées par leur société patriarcale. Cet effeuillage candide nous livre les dessous d’une Inde contemporaine très éloignée de nos images d’Épinal occidentales. Non content de nous faire passer un agréable moment, La Saison des femmes remet les pendules à l’heure efficacement. Trop ? Le comité de censure indien va-t-il accepter sa diffusion dans son pays ? C’est déjà un petit miracle que le film ait vu le jour : entre les producteurs qui refusaient de le soutenir, les villages qui ne voulaient pas accueillir un tournage dirigé par une femme plus adepte du port des pantalons que du voile… Mais Leena Yadav n’a jamais baissé les bras, comme ses personnages, ces terribles drôlesses qui vous feront tourner la tête.

Il y a Rani, la toujours sage, celle qui s’étiole dans une morne tenue de jeune veuve et peine à élever seule son insupportable fiston. Il y a Bijli, la délurée, celle dont le métier est de se trémousser, d’émoustiller ces messieurs, voire un peu plus à la demande de son patron. Entre les deux femmes : un monde ! Et pourtant Rani refuse, malgré l’opprobre de son entourage, de renier cette amitié « contre nature », construite dans les ferments de l’enfance. Cette façon de résister, de tenir tête, c’est peut-être un de leurs points communs les plus forts. Chacune a réussi à s’émanciper de la gouvernance d’un homme : l’une en n’en ayant aucun, l’autre en les ayant tous. Pourtant, sous leurs carapaces d’amazones indomptables, toutes deux partagent ce désir inavoué de l’autre, la même sensualité, une soif inextinguible de romantisme. Les hormones qui les titillent, torrides, poussent leurs corps à exulter. Oser rêver de s’échouer sur des rivages voluptueux d’un monde de jouissances et de libertés inaccessibles aux femmes ? C’est déjà franchir bon nombre d’interdits.

Bijli et Rani représentent tout un pan de la population féminine de leur pays, mais le tableau resterait incomplet sans Lajjo, la femme maltraitée par un mari qui lui reproche sa stérilité ; et sans la toute jeune Lehar Khan, qui incarne a elle seule le cercle vicieux que chaque génération a tendance à reproduire. Celui dans lequel s’enferre Rani en voulant la marier avec son propre fils, faisant subir aux deux jeunes ce qu’elle a dû endurer jadis à son corps défendant. Difficile de sortir des schémas que la pression sociale martèle sans arrêt.

Pourtant la bande des quatre (Rani, Bijli, Lajjo et Lehar) va s’enhardir peu à peu et devenir un quatuor explosif, vibrant, exalté. Si elles n’ont pas encore les mots pour la décrire, sourd une saine révolte grisante, radieuse. Sentir le vent dans ses cheveux, déposer son voile, mettre les voiles… Tant de choses à expérimenter, à inventer. Certes, en face ils ont la puissance pour les rappeler à l’ordre, mais qu’est-ce que la puissance face à la force que donne le sentiment de n’avoir rien à perdre ?