Affiche du film Experimenter

Experimenter

de Michael Almereyda
VOSTFR
Bande annonce
Film américain sorti le 27 janvier 2016
Avec Peter Sarsgaard, Winona Ryder, Jim Gaffigan, Edoardo Ballerin, John Palladino, Taryn Manning, Anthony Edwards
Genre : Biopic, Drame
Durée : 1 h 37
En 1961, à l’Université de Yale, le professeur de psychologie Stanley Milgram conduit une expérience sur la question de la soumission à l’autorité qui deviendra la célèbre « Expérience de Milgram ». Très vite les résultats de ses recherches et les méthodes employées dérangent et déclenchent une vive polémique. Dénigré par certains,admiré par d’autres, le scientifique affronte la tourmente.

Critique

Université Yale, 1961. Stanley Milgram, jeune chercheur en psychologie sociale, conduit une expérience dans laquelle des volontaires, pour « punir » un cobaye humain (lui aussi censément volontaire, attaché sur un fauteuil dans une pièce voisine) de ses mauvaises réponses à un questionnaire tout à fait banal, croient lui administrer des décharges électriques de plus en plus douloureuses. La victime a beau leur demander d’arrêter, la majorité des interrogateurs, à la demande des scientifiques qui les encadrent, poursuivent le protocole jusqu’à infliger des décharges potentiellement dangereuses. Par cette expérience, Milgram souligne la propension qu’a tout homme à se soumettre à l’autorité, au moment précis où le procès du nazi Adolf Eichmann est diffusé à la télévision à travers toute l’Amérique. L’opinion populaire comme la communauté scientifique en sont bouleversées.

Ne serait-ce que parce qu’on se souvient (au moins avoir entendu causer) de cette fameuse séquence avec Montand et Planchon dans I… comme Icare ou parce qu’on a regardé avec curiosité la vraie-fausse émission télévisée baptisée « Le Jeu de la Mort », on connaît – ou on croit connaître – cette fameuse « expérience de Milgram ». Inquiétante, fascinante par ce qu’elle nous raconte de nous-mêmes, ce tout petit fragment de l’histoire de la vie universitaire américaine, pourtant fondateur de la recherche en sciences sociales, en psychologie, en sociologie, ne fournissait sans doute pas la matière à un film entier. Le risque était donc grand de délayer autour, d’hollywoodianiser l’intrigue, d’héroïser Milgram, bref de faire n’importe quoi.

Et pourtant, contre toute attente, mission accomplie : Experimenter est une remarquable réussite. Avec une habileté sans faille et armé d’un script captivant, le film nous emmène au-delà de David Milgram, il s’immerge pleinement dans ses travaux, avec le souci d’en extraire et de mettre en exergue la moelle épinière du propos qui s’était dégagé de ses recherches. En l’occurrence cette faculté, profondément humaine, de laisser l’autorité prendre le pas sur notre propre morale, de toujours se soumettre au conformisme d’une manière ou d’une autre, de lâcher notre libre-arbitre du moment qu’un autre assume l’entière responsabilité des actes commis.

Michael Almereyda déroule son récit authentique avec une maîtrise cinématographique formidable, avec une créativité épatante, et avec une intelligence de chaque instant, permettant à son film de trotter dans les têtes longtemps après la fin de la projection. Soucieux de ne pas s’enfermer dans la reconstitution historique poussiéreuse et assommante, le réalisateur use d’une rhétorique lardée de motifs artistiques (héros qui s’adresse au spectateur, jeu avec les décors, métaphores visuelles) permettant à son biopic d’être vivant, de communiquer en permanence avec le spectateur, de l’impliquer, de l’inviter dans son décor théâtral, pour déployer une œuvre à la fois haletante et participative. A la fois sociologique, psychologique et philosophique, Experimenter est à découvrir de toute urgence : plus qu’un film, une véritable « expérience » de cinéma qui traverse l’écran pour nous inviter à réfléchir sur nous-mêmes, sur notre vie, sur notre connexion au monde environnant. (d’après N. Rieux, mondocine.net)