Affiche du film Comancheria

Comancheria

de David Mackenzie
VOSTFR
Bande annonce
Film américain sorti le 7 septembre 2016
Avec Jeff Bridges, Chris Pine, Ben Foster, Gil Birmingham, Marin Ireland, Katy Mixon, Margaret Bowman
Genre : Drame, Thriller, Western
Durée : 1 h 42

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.


Critique

C’est un formidable polar, le meilleur qu’on ait vu depuis des lustres. Qui se déroule dans des décors de western. Les deux genres grâce auxquels le cinéma américain nous a laissé quelques uns de nos plus impérissables souvenirs de spectateur. Alors qu’on finissait par se dire que le Hollywood actuel avait perdu la main sur ce terrain (laissant l’intelligence et l’invention aux séries télé), Comancheria fait figure de divine surprise et nous procure un plaisir sans partage. Jubilatoire parce qu’il respecte les codes indispensables : les grands espaces écrasés par le soleil, deux frères dissemblables mais unis à la vie à la mort, des braquages, un duo de flics – un vieux shérif et son partenaire de sang indien ! –, le suspense de l’enquête et de la poursuite. Passionnant parce que, comme tout bon film noir qui se respecte, il brosse un tableau sans concession de la société américaine, de son rêve délavé, confisqué par les banques, de ses laissés pour compte qui n’ont d’autre alternative que de crever la gueule ouverte ou devenir des héros de faits divers. Dans le nouvel Ouest toujours aussi sauvage, les bandits les plus dangereux ne sont pas ceux que l’on croit.

Les deux frères : Tanner et Toby Howard. L’eau et le feu. Le chien fou et l’homme raisonnable. Tanner, l’aîné, a toujours fait les 400 coups, il a bourlingué, il est sorti de prison depuis peu. Toby est resté dans leur coin natal de l’Ouest du Texas, il a accepté son sort, a continué à s’occuper de la ferme familiale qui n’a cessé de péricliter. Les deux frères s’étaient perdus de vue mais aujourd’hui ils sont réunis et ils ont décidé d’agir ensemble parce qu’ensemble ils sont plus forts. Leur mère vient de mourir – leur père, on n’en parle pas, c’était une brute, un odieux. Leur ferme est hypothéquée des fondations à la cheminée, la banque va la saisir dans quelques jours s’ils ne trouvent pas l’argent pour payer les traites. Et elle fera un maximum de profits supplémentaires grâce au pétrole qu’on a découvert récemment sur leurs terres. Pas question d’accepter ça qui est inacceptable. Toby et Tanner vont s’improviser braqueurs, ils vont dévaliser les petites succursales de la Texas Midlands Bank jusqu’à réunir la somme nécessaire pour récupérer le seul bien qui a jamais appartenu à leur famille de péquenauds texans. Avec la satisfaction de payer le banquier avec l’argent qu’il lui auront dérobé ! Mais leur scénario de robins des bois du Texas va évidemment avoir des ratés…

Les deux flics : le Texas Ranger Marcus Hamilton et l’adjoint Alberto Parker. Hamilton est un vieux de la vieille, à deux coudées de la retraite. Il en faut beaucoup pour le désarçonner, surtout depuis que les shérifs ne vont plus à cheval mais en pickup à quatre roues motrices. Les deux ahuris qui commettent ces braquages pour des cacahuètes, il les a calculés d’emblée : des amateurs, des gagne-petit, des désespérés. Il suffit de les guetter au bon endroit et d’attendre l’erreur qu’ils feront inévitablement. Son partenaire Parker est d’accord avec lui, même s’il est plus circonspect, plus prudent, moins péremptoire. Il mènerait volontiers une enquête un peu plus minutieuse, serait enclin à s’attacher davantage aux détails, aux indices, bref à tout ce qui fait le quotidien du boulot d’un policier. Mais il connaît son Hamilton par cœur, il sait bien que ça ne sert à rien de ne serait-ce que penser à le contredire. De même que ça ne sert à rien d’essayer de répliquer à toutes les vannes que dégaine le vieux shérif à propos de ses origines comanches… Quel duo ! Impayable…

Comancheria raconte cette équipée et cette poursuite avec un panache qui nous emporte. Sans détourner les yeux du côté tragique de l’histoire tout en faisant la part belle à un humour qui fait mouche. Avec aussi une vraie tendresse pour ses personnages, tous caractérisés avec beaucoup de soin, d’intelligence et de sensibilité. Même les seconds rôles sont traités avec une attention qui les fait exister et les rend attachants : on pense en particulier à ces deux serveuses de restaurant, qui ne font que passer et qu’on n’oublie pas.