Affiche du film L’étreinte du serpent

L’étreinte du serpent

de Ciro Guerra
VOSTFR
Bande annonce
Film colombien, vénézuélien, argentin sorti le 23 décembre 2015
Avec Jan Bijvoet, Brionne Davis, Nilbio Torres, Antonio Bolivar, Yauenkü Migue
Genre : Aventure, Drame
Durée : 2 h 05

Karamakate, un chaman amazonien puissant, dernier survivant de son peuple, vit isolé dans les profondeurs de la jungle. Des dizaines d’années de solitude ont fait de lui un chullachaqui, un humain dépourvu de souvenirs et d’émotions. Sa vie est bouleversée par l’arrivée d’Evans, un ethnobotaniste américain à la recherche de la yakruna, une plante sacrée très puissante, possédant la vertu d’apprendre à rêver. Ils entreprennent ensemble un voyage jusqu’au cœur de la forêt Amazonienne au cours duquel,  passé, présent et futur se confondent, et qui permettra à Karamakate de retrouver peu à peu ses souvenirs perdus.


Critique

Tel un immense serpent, le fleuve rampe au milieu d’arbres centenaires, enracinés dans une terre de mystères. La nature vigilante semble tenir à l’œil celui qui s’aventure à la lisière de ses songes. La jungle amazonienne renvoie celui qui y pénètre à sa condition chétive et vulnérable. Evans fait partie de ceux-là. Ethno-botaniste passionné, il n’a pu résister à braver les dangers pour venir vérifier les dires de ses livres et partir à la recherche de la « yakruna », liane sacrée rarissime, réputée pour ces fortes vertus hallucinogènes. « Jamais un blanc n’a dit un truc aussi sensé ! » s’exclame Karamate, le chamane qu’on lui a indiqué comme guide. Un étranger qui quémande son aide et s’intéresse aux végétaux ? Ça c’est exotique ! Pourtant, il en a vu passer des conquistadors venus-là pour prendre ou pour évangéliser. Il les as vus, puis les a oubliés, comme il a oublié de se souvenir. Peu à peu il est devenu ce « chullachaqui », ce corps vide, dépourvu d’émotions, presque hors du temps, qui hante la forêt, se remplit d’elle. Dernier représentant de son peuple, dépositaire d’un savoir unique, précieux, forgé dans des années d’oubli de soi et d’écoute de la nature, de ses plus infimes murmures comme de ses plus dévorantes colères, de ses orages déchaînés.

Habitué aux duperies de ceux qui cherchent à s’accaparer la terre et ses richesses, Karamate, méfiant, observe, jauge, écoute Evans et accepte en définitive de l’accompagner, même s’il sait qu’il est dans nature de la fourmi d’aimer l’argent.
Voilà nos deux hommes qui s’enfoncent au cœur de la forêt et de ses envoûtements. Dérisoire équipage d’un petit canoë fragile qui glisse sur des eaux sombres, faussement calmes. Parfois ils effleurent des rives qui regorgent de plantes étranges, de vie grouillante, de serpents qui se faufilent. Observateurs observés auxquels la nature n’accorde aucun répit. Les souvenirs de Karamate remontent régulièrement à la surface, le voilà jeune guidant un autre homme, Théo… Ici le temps n’est pas linéaire, comme en occident. Pour les Indiens il est comme une série d’événements qui ont lieu simultanément dans plusieurs univers parallèles. Ce nouveau rythme, cette expérimentation constante pénètre peu à peu chaque fibre des deux explorateurs, Evans et Théo, bouleverse leurs sens, leurs croyances. Il n’y a qu’à se laisser porter, consentir au dépouillement et tâcher d’apprendre à rêver comme ils ne l’ont jamais fait… Leur périple se transforme en quête initiatique hallucinante, hallucinogène, à des années de distance. Là où ils croyaient trouver quelques sauvages attardés, c’est tout une humanité luxuriante qu’ils découvrent, qui possède un savoir peut-être à tout jamais perdu pour l’homme blanc. Certes ce dernier sait se servir d’une boussole, mais dans cet espace sans repères, à quoi servirait le Nord ? Il faut accepter de le perdre. Les communautés Cohiuano, les Ocaina, les Huitoto… n’ont pas besoin des notions occidentales pour trouver leur route dans la moiteur de leur contrée. Leur science est puissante, ils ont l’art de la survie, l’art de vivre en bonne intelligence avec les éléments, les esprits, de respecter et de protéger l’ordre naturel des choses. Si fragiles face à l’infini…

Tout cela est superbement interprété, mis en scène dans un noir et blanc profond, sensuel. On s’enfonce nous aussi dans la beauté intimidante de l’Amazonie, pris au piège d’un royaume intemporel dominé par une nature qui ne nous appartient pas et tout juste nous tolère, où seuls les humbles peuvent subsister. Magnifique fable sur la vulnérabilité de l’homme…