Affiche du film Les enfants loups

Les enfants loups

de Mamoru Hosoda
Bande annonce
Film japonais sorti le 29 août 2012
Genre : Animation, Fantastique
Durée : 1 h 57

Pour les enfants à partir de 6 ans.

Hana et ses deux enfants, Ame et Yuki, vivent discrètement dans un coin tranquille de la ville. Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît brutalement, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants à l’abri des regards. Ils emménagent dans un village proche d’une forêt luxuriante…


Critique

Sous prétexte qu’il est le nouveau prodige de l’animation japonaise, Mamoru Hosoda (La Traversée du temps, Summer Wars) a été à tort comparé à Miyazaki. Ce n’est qu’avec cette œuvre de maturité qu’apparaît une certaine filiation : pour lui aussi, la nature est à la fois une source d’équilibre pour l’homme et un rappel de sa sauvagerie originelle. Le film commence tout de même en ville : une jeune femme, Yuki, raconte, en voix off, comment sa mère, Hana, rencontra son père au lycée et en tomba amoureuse instantanément. « Détail » qui change bien des choses : le jeune homme est le dernier représentant de la race des hommes loups. Ce prologue est l’histoire d’amour la plus intense qu’on ait vue depuis longtemps. La plus bouleversante aussi, quand Hana se retrouve veuve du jour au lendemain…

Comment élever seule deux enfants loups quand on est une simple humaine ? Direction la campagne, luxuriante, et une grande maison isolée loin des regards, où les deux enfants peuvent, tour à tour, être enfants ou louveteaux. Commence, alors, le récit – travail magnifique sur la couleur – des dix années qui vont mener Yuki la turbulente et son petit frère, Ame le craintif, de la petite enfance à l’adolescence…

Mamoru Hosoda est un grand conteur, maître des ellipses et du temps, qu’il dilate ou compresse à sa guise : il rythme de splendides scènes élégiaques par de petits indices saisonniers, souvent rieurs : les récoltes du potager, les visites des voisins, les passages en classe supérieure. Chacun retrouvera une sensation, sucrée ou amère, de son enfance dans cette chronique familiale d’une infinie délicatesse. Depuis Ozu jusqu’à Miyazaki, la famille et l’éducation inspirent le cinéma japonais, qui a toujours fait des mères de grandes héroïnes. Hana en fait dorénavant partie, avec son prénom si juste (« Fleur » en japonais), son dévouement, et son sourire incomparable. (Guillemette Odicino, Télérama)