Affiche du film Les demoiselles de Rochefort

Les demoiselles de Rochefort

de Jacques Demy et Agnès Varda
Bande annonce
Film français sorti le 8 mars 1967
Avec Françoise Dorléac, Catherine Deneuve, Danielle Darrieux, Jacques Perrin, Gene Kelly
Genre : Comédie musicale
Durée : 2 h 04

Delphine et Solange sont deux jumelles de 25 ans, ravissantes et spirituelles. Delphine, la blonde, donne des leçons de danse et Solange, la rousse, des cours de solfège. Elle vivent dans la musique comme d’autres vivent dans la lune et rêvent de rencontrer le grand amour au coin de la rue. Justement des forains arrivent en ville et fréquentent le bar que tient la mère des jumelles. Une grande foire se prépare et un marin rêveur cherche son idéal féminin…


Critique

Solange enseigne le solfège et Delphine, sa soeur jumelle, donne des cours de danse. Elles attendent le grand amour. Tout comme Maxence, le peintre marin, Andrew Miller, le compositeur américain, Simon Dame, le marchand de musique, et Yvonne, leur mère, qui tient un café sur la grand-place de Rochefort. Dès la première image, Jacques Demy indique le chemin du paradis : pour accoster sur l’île aux trésors nommée Rochefort, montez à bord du pont transbordeur, et laissez-vous glisser dans l’air iodé. Votre vie en sera transformée. Regardez les effets du voyage sur le cortège de motards qui ouvre la route, dans le générique. Debout sur ce téléphérique des mers, chacun s’étire, pour s’extirper d’un sommeil léthargique. Et, petit à petit, les bâillements disparaissent sous les sourires, les craquements de jambes deviennent entrechats, les moteurs vrombissant se taisent au son du piano guilleret. A partir d’une trame élémentaire (la recherche de l’âme soeur), Jacques Demy a su créer un univers unique, à mi-chemin entre ses souvenirs de provincial rêveur et l’imaginaire des contes de fées.

En sortant d’un tel film, vous risquez de danser sur les trottoirs, de chanter au nez des passants, de parler en alexandrins avec le plus grand naturel. Et tant pis si tout le monde vous regarde en se vrillant la tempe avec l’index ! Les Demoiselles de Rochefort est une petite merveille exaltant la vie dans un océan de bonne humeur. Avec le recul, on peut dire avec joie que la comédie musicale n’est pas morte, et voir en Jeanne et le garçon formidable (1998) par exemple, un hommage au cinéma de Demy. Et puis, si l’amour frappait à votre porte, seriez vous assez fou pour laisser la clé sur la serrure et ne pas ouvrir ? (M. Landrot, Télérama)