vendredi 23 mars - 20h30

Projection débat

L’intelligence des arbres

avec Frédéric Vincq,
Responsable de l’unité territoriale Littoral Flandres Artois de l’Office Nationale des Forêts

Co-réalisé par Julia Dordel, née en Allemagne et diplômée en « sciences de la forêt » de l’Université de Colombie britannique à Vancouver (Canada), le film envisage les arbres comme des membres d’une famille, connectés entre eux et qui s’occupent les uns des autres.

« J’avais une grande admiration pour les merveilles de la nature », explique la réalisatrice.

« Mais par dessus tout, je me suis dit : c’est quelque chose que tout le monde, que chacun d’entre nous, doit savoir. Cette connaissance incroyable que nous, les scientifiques, avons sur le monde dans lequel nous vivons doit être partagée avec tous ! »

Son documentaire donne la parole à plusieurs intervenants. En tout premier lieu Peter Wohlleben, l’ingénieur forestier allemand auteur du best-seller La Vie secrète des arbres qui a émerveillé les amoureux de la nature et s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires.

Outre ce témoignage capital, le film rend notamment compte des recherches d’une ancienne forestière devenue professeure d’écologie forestière à l’Université de Colombie britannique, Suzanne Simard. Elle explique avoir constaté que dans une forêt, « tous les arbres emmêlaient leurs racines en un immense réseau souterrain unique et commun à tous ». Son équipe de chercheurs, raconte-t-elle, a « découvert que des molécules de carbone circulaient d’un arbre à l’autre » tout comme des molécules d’azote, de phosphore ou d’hydrogène. Ces échanges se font par l’intermédiaire du mycélium, des réseaux de filaments formés par des champignons qui sont en contact avec les racines des arbres. Ce vaste réseau souterrain, sorte d’« internet de la forêt » (« wood wide web » en anglais), permet aussi aux arbres de délivrer des signaux chimiques en cas de peur ou autre stress, précise Suzanne Simard.

Cette vision de la forêt implique d’autres notions, comme celle d’« arbres-mères », de vieux arbres grâce auxquels les plus jeunes se branchent sur le réseau commun. « Le docteur Simard et Peter Wohlleben suggèrent que nous laissions les arbres se développer de façon naturelle, entre espèces différentes (par opposition aux monocultures), leur permettant de vieillir et de cultiver leur progéniture (par opposition à les couper tous au même âge) et globalement que nous les traitions avec plus de respect en acceptant que ce sont des êtres individuels et pas seulement des objets, des produits industriels. »

Toutes les infos et la bande annonce sur la fiche du film

Séances de rattrapage

Dimanche 25 mars – 18h30
Lundi 26 mars – 16h30
Mardi 27 mars – 18h30