Affiche du film Victoria

Victoria

de Justine Triet
Bande annonce
Film français sorti le 14 septembre 2016
Avec Virigine Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud, Laure Calamy, Laurent Poitrenaux
Genre : Drame
Durée : 1 h 37

Ce film a été présenté à la Semaine Internationale de la Critique à Cannes 2016.

Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle y retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu’elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria.


Critique

Tous ceux qui aiment les grands classiques de la comédie hollywoodienne, Cukor (Indiscrétions), Hawks (L’Impossible Monsieur Bébé) ou plus récemment Blake Edwards (d’ailleurs on ne nous fera pas croire que le prénom Victoria a été choisi au hasard) – autrement dit tous ceux qui aiment le cinéma – vont être enchantés, emballés par ce film français qui se hisse au niveau des grandes réussites du genre. Ce n’est pas si souvent qu’on peut avancer cette comparaison sans exagérer, on ne va donc pas se priver d’exprimer ici notre enthousiasme, d’autant plus que Victoria ne se contente pas d’être une mécanique comique imparable, il dit aussi plein de choses acérées sur notre monde tel qu’il va. Pas de doute, après le très intéressant mais un peu foutraque La Bataille de Solférino, Justine Triet monte de deux crans, passe à la vitesse supérieure et nous livre un deuxième film remarquablement écrit, construit, maîtrisé de bout en bout.

Victoria Spick (drôle de patronyme) mène, comme disaient les anciens, une vie de bâton de chaise. Autrement dit son existence est pour le moins chaotique, pour ne pas dire bordélique. Avocate pour les causes qu’elle peut trouver, elle a une vie sentimentale foireuse qui vogue au bon gré de Tinder (pour les déconnectés, cette application permet aux célibataires et assimilés en manque affectif et / ou sexuel de trouver dans une zone géolocalisée d’éventuels partenaires souffrant des mêmes carences) et s’occupe plutôt très mal de ses enfants qu’elle confie trop souvent à des babysitters surexploités… Il paraît que c’est ce qu’on appelle une vraie femme moderne. Et comme si ça ne suffisait pas, elle va faire deux choix qui ont toutes les chances de s’avérer mauvais, voire catastrophiques : accepter de défendre, contrairement à l’éthique professionnelle, son meilleur ami, accusé par la femme qu’il vient d’épouser de l’avoir poignardée en plein mariage (cérémonie à laquelle Victoria a assisté) ; et prendre comme babysitter et colocataire un ancien client dealer, charmant par ailleurs (excellent Vincent Lacoste, qui joue dans le film un rôle dévolu aux femmes dans les classiques hollywoodiens évoqués plus haut ; Virginie Efira, elle, endosse carrément le rôle de Cary Grant !). Dans le même temps son ex, écrivain raté mais entêté, s’est mis à tenir un blog où il raconte tous les travers de son ancienne compagne, y compris des secrets concernant des clients parfois facilement énervables… Tout cela va avoir des conséquences en cascade, conséquences professionnelles, conséquences sentimentales, conséquences fâcheuses, conséquences rocambolesques surtout, qui ne feront peut-être pas le bonheur de notre personnage mais qui font en tout cas le nôtre !

On ne racontera pas toutes les séquences hilarantes – souvent des scènes de procès – qui ponctuent le film et en font un festival de drôlerie. On citera quand même celle où Victoria dissèque, avec le plus grand sérieux, l’analyse comportementale d’un chien, ou bien celle où elle présente comme pièce à conviction un selfie pris par un chimpanzé… Et encore cette impayable plaidoirie, au lendemain d’une soiré dépressive et médicamentée, qui voit Victoria dérouler son argumentaire comme un 45 tours passé en 33… Stop !
Mais on ne peut pas ne pas insister sur la performance époustouflante de Virginie Efira, qui s’impose définitivement comme une magnifique interprète de comédie (la dernière actrice à nous avoir fait une telle impression, c’était Sandrine Kiberlain dans le Neuf mois ferme de Dupontel, le rôle lui a valu un César, le rendez-vous est pris). Virginie Efira aussi épatante quand elle est volubile et cynique que lorsqu’elle est amoureuse et fragile, craquant sous le vernis. Une grande comédienne pour une formidable comédie !