Affiche du film La sociologue et l’ourson

La sociologue et l’ourson

de Etienne Chaillou et Mathias Théry
Bande annonce
Film français sorti le 6 avril 2016
Genre : Documentaire
Durée : 1 h 18

Séance unique le vendredi 21 octobre à 20 h 30, suivie d’une discussion avec David Raynaud et Cécile Verdenne, co-délégués Nord Pas-de-Calais de SOS Homophobie.

De septembre 2012 à mai 2013, la France s’enflamme sur le projet de loi du Mariage pour tous. Pendant ces neuf mois de gestation législative, Ia sociologue Irène Théry raconte à son fils les enjeux du débat. De ces récits nait un cinéma d’ours en peluches, de jouets, de bouts de cartons. Portrait intime et feuilleton national, ce film nous fait redécouvrir ce que nous pensions tous connaître parfaitement : la famille.


Critique

Comme vous vous en souvenez, l’année 2012 a été marquée par d’interminables débats et des affrontements parfois violents au sujet de la loi pour le « mariage pour tous ». Ces discussions ont eu lieu autant dans la sphère publique que privée. A l’époque, la sociologue Irène Théry est sollicitée par les politiques, les médias, les associations pour éclaircir des points du débat. Elle travaille en effet depuis une trentaine d’années sur les métamorphoses de la famille dans la société française. Son fils, l’un des co-réalisateurs du film, décide alors de la filmer et de l’enregistrer, sans se douter que les conflits sociétaux liés à ce projet de loi allaient prendre autant d’ampleur. Le film est donc ancré profondément dans l’actualité du moment : débats à l’assemblée nationale, manifestations anti-mariage pour tous, et traitement médiatique de ces questions, le tout raconté de manière chronologique.

L’idée de génie de ce film, c’est la trouvaille des ours en peluche ! Le réalisateur et fils de la sociologue a enregistré sa mère dans leurs conversations intimes et familiales, et s’est servi ensuite de ces enregistrements pour créer des saynètes animées avec des jouets et peluches de son enfance. La mise en scène de ces « scènes de la vie quotidienne » et de ces discussions sur le sujet apportent une distance malicieuse qui a cruellement manqué au moment des événements. Dans le feu de l’actualité, l’ensemble du débat était monopolisé par l’angoisse liée à cette loi, perçue par une partie des Français comme attaquant les fondements de notre société.

Dans ces moments d’hystérie collective, Irène Théry, interrogée par son fils dans la sphère privée, n’adopte pas du tout la posture de l’experte et, au contraire, explique longuement et de manière limpide ses positionnements et ses observations, le tout d’un ton familier et très accessible. Pendant que certains crient à la fin de la civilisation, Irène Théry tisse des liens avec le passé, démontre que les évolutions ont du sens, cherche à tranquilliser les esprits.

Le résultat est un film à la fois didactique et passionnant. Nous savons quelle sera l’issue de ces débats, mais nous les revivons néanmoins de manière intense. Portrait intime et feuilleton national, le film nous permets de revenir sur un sujet que nous pensions tous comprendre parfaitement : la Famille.