Affiche du film Shaun le mouton

Shaun le mouton

Film britannique et français sorti le 1 avril 2015
Réalisé par Mark Burton et Richard Starzak
Avec Justin Fletcher, John B. Sparkes, Omid Djalili
Genre : Animation, Aventure, Comédie
Durée : 1 h 25

Synopsis

Pour les enfants à partir de 7 ans.

Lorsque qu’une blague de Shaun entraîne accidentellement le fermier jusqu’à la Grande Ville, Shaun, Bitzer et le reste du troupeau se retrouvent embarqués dans une aventure complêêêêtement inattendue en plein grande ville… Shaun arrivera-t-il à retrouver le Fermier dans cette ville étrangère et inconnue avant de s’y perdre pour toujours ?


Critique

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas autant rigolé devant un film d’animation ! Et tout en rigolant on se disait qu’il nous faudrait sans doute revoir cette nouvelle production des studios Aardman pour prendre un peu de recul et apprécier à leur juste mesure l’incroyable inventivité de la mise en scène, l’expressivité des personnages, la beauté des décors, le soin apporté au moindre détail dans tous les recoins de l’écran. C’est vraiment le grand retour des créateurs de Wallace et Gromit, dans toute leur singularité britannique après avoir goûté aux joies plus consensuelles et donc moins excitantes des productions made in Hollywood. Autant dire que c’est du bonheur en pâte à modeler, à partager toutes générations confondues.

Shaun est un mouton futé qui travaille avec ses collègues pour un fermier myope et bientôt chauve à la ferme Mossy Bottom, sous l’autorité de Bitzer, chien de berger dirigiste mais bienveillant et… notoirement inefficace. La vie s’écoule somme toute paisiblement, le patron est bonne pâte même s’il est désespérément prévisible et casanier, le clébard compte pour du beurre, les cochons sont concons mais ils ne pensent qu’à se goinfrer donc ne sont pas dérangeants… Dire que c’est le bagne serait mentir, parole de Shaun. Mais le problème c’est la routine, la répétition. Jamais de changement, jamais de surprise. Toujours les mêmes horaires, les mêmes déplacements en rang entre l’étable et l’enclos, sans compter la période de la tonte qui revient à date fixe et qui vous laisse nu comme un ver, ridicule et grelottant… Alors quand Shaun aperçoit sur le flanc d’un bus une publicité invitant au farniente, il décide de prendre un jour de congé. Il a vite fait de convaincre ses copains : ils vont s’arranger pour endormir le fermier – ils ont une technique imparable pour ça, vous verrez – et l’installent dans la vieille caravane qui n’a pris la route des vacances depuis bien longtemps. Et maintenant, à eux la belle vie, ils viennent d’inventer le week-end ovin…

Mais c’était compter sans Bitzer et son zèle intempestif : à la recherche effrénée de son bon maître, le chien pas malin va faire tant et si bien que la caravane immobilisée va rompre les amarres et se mettre à rouler pour la première fois depuis des lustres, dévalant la route en direction de la grande ville. The Big city ! Pour Shaun et ses compères, pas d’autre solution que de partir à la poursuite du véhicule dans lequel le fermier continue à dormir d’un sommeil de plomb…

Tout ce petit monde va donc se retrouver dans les rues de la métropole, à la merci de la civilisation en furie et de son représentant le plus retors : Trumper, le terrifiant responsable de la fourrière, chasseur obsessionnel du moindre animal circulant sans maître dûment repéré, spécialisé jusqu’ici dans le chien errant mais prêt à élargir son champ d’intervention… C’est le début d’un périple aussi trépidant qu’hilarant, plein de rebondissements, débordant d’humour et de trouvailles géniales.

Un peu d’histoire : le personnage de Shaun le mouton a fait sa première apparition en 1995, second rôle dans une des aventures de Wallace et Gromit : Rasé de près. Il a ensuite pris du galon en devenant la vedette d’une série de courtes histoires pour la télévision : pas moins de 140 épisodes diffusés à partir de 2007. Shaun s’attaque aujourd’hui au grand écran, on n’est pas près de l’arrêter !



Images du film